C’est désormais officiel !
Dans une interview parue dans le magazine Rock One n°57 de septembre, Paul Landers a confirmé le titre du sixième album studio du groupe : Liebe ist für alle da (« L’amour est là pour tous »).

rammsteinsommaire

La sortie de l’album est prévue chez mercury/fnac le 20 novembre (à confirmer).

Dans l’interview le guitariste a également indiqué que des chansons bonus seront à paraître sur des singles et que normalement, il existera une version spéciale de Liebe ist für alle da avec trois titres bonus : « Nous avons donc en réserve de très bonne chanson qu’on pourra exploiter plus tard ».

Un premier extrait, « Pussy« , sortira le 18 septembre prochain et, selon Paul, un second single, « Ich tu dir Weh », est aussi prévu.

Voici le complet track-by-track guide de Liebe ist für alle da publié par metalhammer (merci à rammzuif)

1. Rammlied – (« chanson Ramm »), où les membres jouent des leaders d’une secte, prêt pour séduire les masses.
Une longue intro opéra cède la place à des cordes épiques et puissantes accompagnées de la batterie, avant qu’un “riff mammouth” typiquement industriel prenne la relève. C’est une piste qui célèbre tous les aspects du groupe et les cris “Rammstein” tout au long de la chanson sont certains d’être présents sur la prochaine tournée. Sont présentes également des cordes d’influence orientale qui conduisent à un martèlement vers la fin de la piste.

2. Ich tu dir Weh – (« Je te fais mal ») : chanson sur la dégradation et l’humiliation sexuelle
De l’électro, une intro frappante et un roulement de tambour mènent la danse, avant qu’un riff broyant dans la veine de “Mein Teil” retentisse. Il y a des guitares acoustiques qui font écho à Los de Reise Reise, une voix remuante et un enfer de distorsions de guitares en tandem avec la batterie.

3. Waidmann’s Heil – (« Le salut du chasseur »)
Place aux choses intéressantes. Des cors qui sonnent comme la cavalerie de l’armée sont en cours et sont suivis par un riff qui résonne comme Ministry et ‘Feuer frei! de Mutter. C’est un énorme rythme, presque hip-hop avant le refrain de “Heil Waidmann” et un son semblable aux parties heavy de One de Metallica. Ca vous botte les fesses !

4. Haifisch – (« Requin »)
Vous trouverez ca difficile à croire, mais Haifisch sonne exactement comme Depeche Mode pour la majorité de la chanson. Imaginez Rammstein faire son propre “Personal Jesus” en balançant à tort et à travers des tambours et autres sons électroniques. Une chose est certaine : les troupes burlesques à travers le monde vont l’aimer.

5. B****** – (Signifie « Buckstabu », un mot secret inventé par le groupe)
Le plus gros riff de l’album jusqu’à là. Nous parlons d’un riff digne d’une bombe-H qui rivalise avec celui de Sonne en terme de brillance. C’est un craquement discordant et sinistre qui va sonner immensément dans des clubs de rock. Till Lindemann a créé son propre mot, et il n’y a pas de moyen d’en épeler la prononciation.

6. Frühling in Paris – ( « Le printemps à Paris »)
La chanson la plus radicale pour le groupe sur le disque. Une piste acoustique avec des battements de fûts (qui sonnent comme You’re Not Alone d’Olive) et des voix françaises dans le refrain de la chanson. Bien que ça semble aussi fou que les résidents d’un asile, l’effort est inspiré, et on se retrouve avec une chanson qui figure parmi les plus belles de la carrière du groupe.

7. Wiener Blut – (« Sang viennois ») : chanson inspirée par le scandale Josef Fritzl
Une chanson sur l’affaire Joseph Fritzel. Nous pouvons vous dire que c’est la piste la plus lourde de l’album. Lindemann laisse entrevoir au cours d’une intro mélancolique que ça va exploser. Un murmure sinistre “willkommen” et tout l’enfer s’abat sur le reste de la piste.

8. Pussy – (« Chatte ») : chanson sur le tourisme sexuel
Allez, devinez de quoi ça parle? Rammstein dans sa meilleure ironie, ouvrant avec les paroles “trop gros, trop petits, la taille importe peu, après tout” et avec le refrain “Tu as une chatte, j’ai une bite, quel est le problème ? Faisons-le vite”. Rammstein fait écho au son et à l’humour d’Amerika, et fait preuve d’auto dérision.

9. Liebe ist für alle da – (« L’amour est là pour tous »)
Dans une brume de riffs et de violents coups de caisse claire, Liebe ist für alle da agite comme un train de marchandises. C’est comme du punk-rock dans la base de sa structure, et la chanson vous enfonce vos dents à travers votre gorge pendant toute sa durée.

10. Mehr – (« Plus »)
Une intro électronique qui sonne comme Shout de Tears For Fears et un fond sonore doux complété par un chand sinistre de Lindemann. Il ya une tournure inattendue du rythme qui conduit à un riff typique de Rammstein, mais alors qu’il commence à paraître familier, il ya une montée en puissance que seul un groupe comme Rammstein peut offrir.

11. Roter Sand – (« Sable rouge »)
Rammstein de mettre fin à leur opus avec une piste qui montre les capacités vocales de Till Lindemann, accompagné par une guitare acoustique. L’élément accrochant de la chanson est un sifflement de Lindemann, et c’est une fin à la construction épique qui termine ce que l’on pourrait qualifier d’album de Rammstein le plus varié à ce jour.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here