Ce dessin animé en 13 épisodes, sorti en 2001 se passe en partie au Caire. En fait, c’est là que se cache le grand méchant, Dio, et les héros voyagent dans divers lieux pour le retrouver.

Voilà que le Comité de Fatwa, à l’université d’Al-Azhar, remarque une scène où Dio lit un livre, et se faisant, jure de tuer le héros. Le problème, c’est que ce livre, c’est le Coran.
« Cette scène associe les Musulmans aux terroristes », dit le président du comité. Ce mot continue donc d’être à la mode.

jojo-extrait.jpg En fait, il s’agit d’une simple erreur.
Dans la scène correspondante dans le manga, visible ci-contre, le texte du livre n’est pas lisible. Pour l’animé, les dessinateurs ont récupéré des textes Arabes.
Erreur: aucun des animateurs ne savaient lire l’Arabe, ils ont donc pris quelque chose au hasard et c’était le chapitre Ar-Ra’d du Coran.

C’est une pratique assez courante. Je sais que beaucoup de dessinateurs franco-belges, lorsqu’ils voulaient écrire du texte chinois ou japonais, copiaient sans les comprendre les kanji qu’ils voyaient dans les menus de restaurants, ou simplement sur leur bouteille d’encre de Chine !

Ni une ni deux, la Shueisha et la firme de production, A.P.P.P. arrêtent toutes les ventes de cet animé, ainsi que du manga !
Bien sûr ils s’excusent aussi platement (de quoi? De faire lire un livre au méchant ??).

Et pire, ils s’excusent aussi parce qu’ils remarquent également que dans certaines scènes de baston, on voit des bâtiments qui ressemblent un peu à des mosquées (et?…)
Ils vont donc revisionner en détail le manga et l’animé, et l’éditer de toutes scènes qui pourraient porter à confusion….

Je rappelle que pour des raisons à peu près équivalentes, les dessins animés de Tex Avery ont été réédités en enlevant tous les passages qui pourraient vaguement choquer un bigot de mauvaise foi : ceux où sont représentés des Noirs, ainsi que quelques croustillantes références anti-japonais 😉

2 COMMENTS

  1. dans ce monde de peur, de tous les dangers dont bien entendu le plus dangereux serait le voisin, il fallait bien que celà arrive…
    Encore une fois, on préfère ne pas débattre des idées ou des erreurs par peur du quand dira t-on…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here