Créée en 1989, la série Les Simpsons a connu un succès d’estime et financier très important. Et ce qui a toujours fait sa renommée c’est son côté critique particulièrement mordant. Mais en multipliant les saisons et produits dérivés (films, habits, jeux vidéos ou bandes dessinées) la série ferait désormais partie du système qu’elle prétendait dénoncer.

Les producteurs de la série sont-ils allés trop loin dans le merchandising ? C’est certain. C’est donc avec une grande intelligence qu’ils ont confié la réalisation de leur dernier générique au célèbre artiste de rue britannique Banksy.

les-simpsons_banksy

C’est donc au troisième épisode de la 22e saison, diffusé dimanche dernier aux Etats-Unis, que Les Simpsons ont frappé un grand coup avec une intro spéciale bourrée d’une bonne dose d’autocritique ou, plutôt, d’auto-dérision, sur la série elle-même.

En scène : un « sweatshop » asiatique, où l’exploitation des travailleurs est dépeinte de façon caricaturale et la production du dessin animé, la Fox, est présentée comme une entreprise esclavagiste. Pourquoi ce thème ? Car l’animation des dessins de la série se fait en Corée du Sud.

Un storyboard osé, rien à dire. On vous laisse apprécier :

« Les Simpsons » – opening signé Banksy

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here