Calvin Broadus alias Snoop Doggy Dogg devenu plus simplement Snoop Dogg, naît le 20 Octobre 1971 à Long Beach, dans la banlieue sud de Los Angeles. Il est le deuxième d’une famille de trois enfants, et doit ce pseudonyme à ses parents qui trouvaient que sa tête rappelait celle du chien Snoopy. Enfant, sa vie tourne autour de l’église baptiste locale, où il joue du piano, chante dans une chorale de jeunes et est membre de l’équipe de basket, d’ailleurs il semblerait qu’il fut un excellent sportif et qu’il aurait pu faire carrière.
A l’âge de 15 ans, il déménage avec sa famille à North Long Beach et commence à donner des concerts de rap à l’école. Mais à 18 ans, il commence à traîner avec les Crips, un des grands gangs de Los Angeles. Et peu de temps après avoir obtenu son diplôme de l’enseignement secondaire, il est arrêté pour possession et vente de cocaïne ; ce qui le condamne à un an de prison. S’en suit 3 années où il est régulièrement emprisonné et trouve alors un sens à sa vie en se réfugiant dans la musique, en commencant par rapper les histoires de ses co-détenus.

 


A sa sortie, Snoop Dogg commence par enregistrer ses premières démos sur cassettes avec ses amis de lycée
Warren G et Nate Dogg ; sous le nom de groupe 213 , nom de l’ancien code postal de Long Beach City, et les vendaient dans les bacs d’un magasin très fréquenté le V.I.P. Records. Mais Warren G étant le demi-frère de Dr. Dre, membre du groupe de Compton N.W.A., décida de lui faire écouter une de leur cassette, et Dre fut très impressionné par le style de Snoop et sa voix si particulière et décida donc de collaborer avec lui.
On est en 1992 et sa première participation discographique sera sur la B.O du Film Deep Cover (avec Jeff Goldblum et Lawrence Fishburne) sur le morceau « Deep Cover (187) » produit par Dr. Dre, celui-ci fera monter un véritable buzz autour de Snoop Dogg.
Mais c’est surtout, dans cette même année, avec le premier album solo de Dr. Dre « The Chronic », sortit sur le label
Death Row, que le monde découvrira la voix traînante et inimitable du chien de Long Beach. Il sera présent sur plusieurs chansons notamment les légendaires « Nuthin’ But a ‘G’ Thang » et « Fuckin’ Wit’ Dre Day » qui lui permettent d’accéder à une véritable notoriété au sein du milieu Hip Hop.

Cette reconnaissance va le motiver à enregistrer plus tôt que prévu son premier album solo «Doggystyle » , mais en 1993 alors qu’il est en studio il est arrêté et accusé d’être complice dans l’assassinat d’un homme, Philip Woldemariam. Selon les accusations, le 25 Août 1993 son garde du corps, McKinley Lee, aurait tiré sur Woldemariam pendant que Snoop conduisait le véhicule. Snoop plaide alors la légitime défense, soutenant que la victime le poursuivait et le traquait depuis 2 jours. Après une apparition lors des MTV Music Awards en 1993, il se rend aux autorités.

 

4142-1249371607

 


Après de nombreux retards, « Doggystyle » est finalement lancé en Novembre 1993 sur le label Death Row et devient le premier album de l’histoire à entrer directement numéro un dans les charts. Malgré les quelques critiques qui décrivent le disque comme une copie de « The Chronic », l’album reste au sommet du palmarès pendant de longues semaines grâce aux irrésistibles tubes « Ain’t No Fun », « Gin & Juice », ou encore l’inévitable « Who Am I (What’s My Name) ? », qui sample abondamment « Atomic Dog » de
George Clinton, et permet ainsi de faire découvrir au monde entier le G-Funk, mélange de beats funky chargées en basses et de paroles crues évoquant la vie de tout les jour dans les ghettos de Los Angeles.
Mais ses péripéties ne sont pas terminés, car en 1994 lors d’une tournée britannique les journaux locaux et un député réclament que le gouvernement expulse le rappeur du pays à cause de ses démêlés judiciaires. Mais Snoop en fait abstraction et s’inspire même de son procès à venir pour faire un court-métrage basé sur une chanson de son album « Murder Was The Case », une B.O accompagnera même ce projet. A ce moment, les ventes de «Doggystyle» atteignent quatre millions d’exemplaires, soit quatre fois disque de platine.

En 1995, Snoop Dogg fit quelques collaborations notamment sur l’album du Dogg Pound « Dogg Food », mais passa la plupart de cette année a préparer son procès qui commença finalement début 1996. Sa défense est assurée par Johnny Cochran, qui fit des merveilles pour l’affaire O.J. Simpson, et récidiva donc en Février 1996 car Snoop Dogg bénéficie d’un acquittement et se voit blanchi par la justice de toutes les accusations. Dr. Dre aurait dut venir témoigner en faveur de Snoop pour son procès, mais celui-ci n’est pas venu, ce qui créa une querelle entre eux deux, de plus 2Pac critiquera également le comportement de Dr. Dre ce qui précipitera ce dernier à quitter le label Death Row.

 

4142-1249371610

 


Durant l’année 96, Snoop pose sur le double album « All Eyez On Me » de son ami 2Pac et peaufine son second album solo, qui se fera bien évidemment sans la participation de Dr. Dre, et qui se déroule dans une ambiance pesante vu que 2Pac meurt quelques semaines avant sa sortie. « Tha Doggfather », qui est dédicassé à son ami décédé, sort finalement en Novembre 1996, dans une période ou le gangsta rap est en déclin; les ventes chutent et atteignent péniblement les deux millions d’exemplaires, et valu donc à son deuxième album un succès modéré. Snoop quitte alors en de mauvais terme Death Row et décide de s’associer avec un autre entrepreneur mais cette fois-ci venant de la Nouvelle-Orléan,
Master P le Boss du label No Limit Records. Il sort en 1997 son premier album No Limit « Da Game Is To Be Sold, Not To Be Told », mais malgré les hits comme “Snoop World”, “Woof!” , “Still A G Thang” l’album fût boudé par les fans et la critique qui n’apprécient pas le nouveau style sudiste de Snoop Dogg, et préféraient le son de sa voix sur fond de G-Funk. Cependant sa côte de popularité ne faiblit pas, et on le retrouve sur de nombreux featurings et sur de bons nombres de grandes émissions de télé américaines.

4142-1249371612


En 1999, il sort son 4ème album solo et donc son 2ème chez No Limit intitulé « No Limit Top Dogg ». Aussi mal accueillis par la critique que son précédent il sera néanmoins apprécié par les fans, et marquera le retour de la collaboration entre Dr. Dre et Snoop Dogg qui lui produira des morceaux comme « Bitch Please », « Just Dippin’ » ou encore « Buck’ Em ».
Cet album montre également ses changements de point de vue depuis le début de sa carrière ; ce n’est plus seulement le même gangsta rappeur de 1992, c’est également devenu un businessman. Toujours cette même année il apparaît sur 4 chansons du magistral album deDr. Dre « Chronic 2001 » sur des tubes comme « Next Episode » ou « Still D.R.E. ».
Snoop Dogg décide ensuite de monter son propre label, Doggystyle Records, et les premiers a bénéficier de ce support n’est autre que le groupe qu’il vient de créer avec
Tray Deee et Goldie Loc sous le nom de Tha Eastsidaz. Et en 2000 ils sortent sous ce même label l’album « Tha Eastsidaz » qui sera certifié disque de platine quelques mois après.
En Novembre 2000, il signe et sort le disque d’un nouveau groupe, de trois filles cette fois-ci, les Doggy’s Angels, mais celui-ci fit un véritable flop.


Mais à ce moment la son ancien label Death Row Records détenait encore tout les droits pour sortir des albums de Snoop Dogg avec des morceaux inédits, et donc se faire de l’argent sur son dos. Et alors qu’il allait pour sortir son 5ème album solo, Snoop se voit devancer par son ancienne écurie qui lance dans les bacs fin 2000 l’album « Dead Man Walkin’ ».
Finalement c’est en Décembre 2000 que « Tha Last Meal » voit le jour et donc que son contrat avec No Limit s’achève, avec toujours des productions et un mixage par Dre, on y retrouve dessus également tout le gratin de la Westcoast de
Kokane à MC Ren en passant par Nate Dogg et Lady Of Rage ce qui permit à l’album de s’écouler dans les premières semaines à plus de 400 000 exemplaires.
S’en suit de multiples sorties tel que le nouvel album du groupe Tha Eastsidaz « Ducez ‘N Trayz : the Old-Fashioned Way » qui connu un moins grand succès que le premier, un Best Of sortit par Death Row « Death Row’s Snoop Doggy Dogg Greatest Hits » avec quelques inédits en supplément, et en milieu de l’année 2002 sort une compile des artistes signés sur son label DoggyStyle Records « Doggy Style Allstars: Welcome to tha House, Vol. 1 ». On l’aperçoit également de plus en plus sur le grand écran ; « Bones », « Training Day », « The Wash », «
Baby boy ».

En 2002, Snoop fait son come back avec “ Paid tha Cost to Be da Bo$$ ” qui est donc son premier album solo sur son propre label où l’on retrouve bons nombres d’invités comme Nate Dogg, Kokane, Warren G, Jay-Z, Lil Half Dead, Goldie Loc, The Dramatics, Redman, Pharell Williams. Un album très personnel où Snoop s’essaie à un genre différent qui l’éloigne de plus en plus de ses débuts, laissant de coté Dre pour travailler avec The Neptunes, les producteurs les plus sollicités du moment qui lui confectionnent deux tubes "From Da Chuuch To Da Palace" et "Beautiful" qui tournera en boucle sur les ondes durant l’été 2003. Sont présents également des producteurs de renom comme Just Blaze, FredWreck, DJ Premier,

4142-1249371614


son 7ème album R&G (Rythm & Gangsta) : The Masterpiece sorti en 2004, Snoop continue de travailler avec The Neptunes. Bien que ce ne soit pas du goût de ses fans il connais néanmoins depuis leur union un immense succès commercial notamment grâce au tube "Drop It Like It’s Hot" feat Pharell, mais il y a également la collaboration d’artistes comme
Justin Timberlake, Charlie Wilson, 50 Cent, Lil Jon, Nelly,…
Après avoir fait une tournée dans toute la France en 2005, Snoop devrait se réunir sur scène et en studio avec Dre pour un nouveau projet, et l’on devrait également le voir et l’entendre au cinéma prochainement dans Coach Snoop et en doublure de la voix d’un personnage de dessin animé dans Arthur and the Minimoys le prochain film de Luc Besson.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here