4359-1249378501

.

Biographie de Nirvana

« Il n’y aura jamais de mauvais album de Nirvana. Noustuerons le groupe avant » disait Kurt Cobain aux "Inrockuptibles" lors d’une interview donnée en août1993, juste avant la sortie d’ « In Utero ». Pourfinir, c’est Nirvana qui aura eu raison de Kurt puisque moins d’unan plus tard, le chanteur se suicidait. Tout comme ses deuxacolytes, Dave Grohl et Kris Novoselic, Kurt ne supportait plus lamachine à fric que devenait selon lui Nirvana, il ne voulaitpas finir en rock star obèse croulant sous les dollars,braillant dans des stades géants ou sirotant un whisky aubord d’une piscine luxueuse. Et pourtant, si Kurt n’a pas fini sesjours aussi gras que Jeffrey Lee Pierce, il n’a paséchappé aux vieux clichés du rock :drogué jusqu’aux os, fou amoureux d’une femme aussiextrême que lui côté défonce, etsouffrant aussi bien d’un mal-être sans limite que d’un mald’estomac incurable, Kurt ne pouvait pas faire pire en ajoutantà la liste un suicide pour devenir ce qu’il souhaitait tantfuir : un véritable mythe.

Kurt Cobain est né à Hoquiam le 20 février1967 mais passe son enfance à Aberdeeen, une petite ville del’Etat de Washington où l’on compte une majorité decoupeur de bois en chemise à carreaux et de pêcheursun peu bourrins et machistes sur les bords, préférants’adonner à la culture de la bière et du sportplutôt qu’à tout autre forme d’élévationintellectuelle. Bien que cet environnement social ne correspondepas vraiment à la personnalité déjàultra sensible du petit Kurt, celui-ci baigne dans uneatmosphère plutôt paisible jusqu’à ses huitans. Le petit garçon se passionne très tôt pourla musique lorsqu’il découvre les Beatles à latélé. Mais tout ce univers serein s’écroulequand ses parents divorcent en 1975, Kurt vit très mal cetteséparation. Il part vivre avec son père mais ne cessede se disputer avec lui. En effet son paternel voit d’untrès mauvais œil l’engouement de Kurt pour la guitareet finit par le mettre à la porte. Kurt s’en va alorsséjourner de façon provisoire chez sa mère etses oncles, sans avoir véritablement de toit fixe.

A cette époque, Kurt se définit de plus en pluspersonnellement et musicalement. Sensible, intriguant, trèsmarqué par la condition de la femme et le mouvementféministe (le très troublant journal intime de Kurttraduit par Laurence Romance évoque parfaitement cet aspecttrès particulier de cette personnalité hors ducommun), Kurt est de plus non seulement attiré par lamusique mais est aussi un excellent dessinateur. Côtéinfluences, il est attiré tout d’abord non pas par desmélodies délicates mais par les sons puissants deBlack Sabbath et de Led Zep pour ensuite se lancer à corpsperdu dans le punk rock et le hardcore made in USA parl’intermédiaire de son ami Buzz Osbourne, le chanteur desexcellents Melvins. C’est le même Buzz qui présenteensuite Chris Novoselic, lui aussi mordu de punk rock àKurt. Cobain a déjà évolué dansdifférents groupes de rock et propose à Chrisd’intégrer son groupe actuel, Fecal Matter où lesdeux compères jouent en duo. Problème, il manque unbatteur, et en 1987, Aaron Brikhard rejoint la formation qui changealors de nom et s’appelle Skid Row, puis Ted Ed Fred, puis Pen CapChew, puis Windowpane…Un jour Kurt propose Nirvana : le groupe aenfin trouvé son identité…Enfin presque puisque lebatteur lâche les deux musiciens, remplacé alors parDave Crover.

En 1988, après avoir écumé quelques salles deconcert, Nirvana enregistre une démo dans les studios duproducteur affilié au label Sub Pop, Jack Endino. Le batteurune fois de plus laisse tomber notre duo mais Chris et Kurt nelâchent pas prise et font le tour des maisons de disquesindés avec leur cassette. C’est Sub Pop, influencépar Jack Endion qui va signer le premier single de Nirvana, «Love Buzz », qui sort fin 1988. Nirvana participe ensuiteà une compile et part tourner dans les salles undergroundavec un nouveau batteur, Chad Channing. Puis en trois jours destudio seulement, Nirvana enregistre « Bleach » quisort en 1989.

Nirvana rebranche les amplis pour une nouvelle tournée, maiscette fois c’est Jason Everman, guitariste arrivé lors del’enregistrement de Bleach qui lâche le groupe et Nirvanadoit abréger sa série de concerts. « Bleach» obtient un certain succès, notamment auprèsde la critique rock britannique. Nirvana s’envole alors pour laGrande-Bretagne pour donner des concerts. De retour aux Etats Unis,le groupe enchaîne sur d’autres concerts mais lamalédiction des batteurs continue puisque le dernier en dateest éjecté. Epuisé, le groupe s’accordeensuite une petite pause, sauf Kurt, bien décidéà composer de nouvelles chansons avec le batteur Dan Peter.Nirvana met ensuite en boîte le titre « Sliver »puis retourne sur les routes des concerts avec Dave Crover auxbaguettes, et où ils font notamment quelquespremières parties de Sonic Youth.

Nirvana détient déjà la recette de ce que l’onappellera par la suite le mouvement grunge, un mélange deguitares punk énervées et de pop surexcitée.Mais pour le moment, le groupe n’explose pas encore. Fidèlesà leur « éthique punk », ilshésitent à sortir du milieu punk et hardcore. Deplus, ils ont toujours de gros soucis côté batterie,ce qui fait que Nirvana n’a toujours pas de base stable. Ceproblème sera réglé lorsque Kurt et Chrisdécouvrent la puissance de jeu de Dave Grohl lors d’unconcert de Scream, son groupe de hardcore. Ils proposent alorsà ce batteur génial de joindre à eux, et c’estenfin une bonne pioche.

Finalement, Nirvana met fin à ses doutes existentielsconcernant leur éthique punk et décide de signer avecGeffen, une grande maison de disque pour l’enregistrement de leursecond album. Avec Butch Vig à la production, Nirvana met enplace « Nevermind », THE album mythique qui fait uncarton à sa sortie en 1991 et propulse le groupe au sommetdes charts. L’imparable single « Smells Like Teen Spirit», fait connaître Nirvana dans le monde entier et legroupe est célébré aussi bien par le publicque par la critique. La planète rock est alorsbouleversée par cette véritable bombe,l’énergie fulgurante de Nirvana évinçant d’uncoup le métal lourd et autres rock mainstream. Cet album esttrès vite considéré comme le porte-parole detoute une génération de mélancoliques auxcœurs et aux corps paralysés par le non sens del’existence. Kurt est tout naturellement élu comme chef defile de cette jeunesse larguée. Avec « Nevermind», le rock fait enfin un virage à 180° lorsque lemouvement grunge, issu de la philosophie comme du son rageur deNirvana se propage de part et d’autre du globe. Tout le mondeaborde alors le cheveu gras et la veste à carreau,écoutant à plein tube « Territorial Pissing» ou « In Bloom ».

Le groupe est alors réclamé dans toutes les salles deconcert, et MTV passe en boucle le clip de « Smells Like TeenSpirit ». C’est à cette époque que Kurt Cobainépouse la sulfureuse Courtney Love, nouvelle qui faitsensation dans toute la presse, qui ne cessera par la suite deglaner les histoires de drogues, d’overdoses et autres ragots dumême acabit. Kurt et Courtney deviennent dans la vision debeaucoup de gens un couple terrible à l’image de Sid &Nancy. En 1993, Courtney Love donne naissance à une petitefille, Frances Bean et une rumeur court sur le fait que la maman sedroguait pendant sa grossesse et que le bébé estné en état de manque. Les services sociaux semêlent de l’histoire et menacent de retirer l’enfant àleur parent. La pression est telle que le fragile Kurt cèdeà la pression et craque complètement.

L’épopée drugs & rock’n’roll de Kurt et Courtneyn’empêche pas Nirvana de continuer à cartonner,même si le groupe se retrouve à cet époque enprocès, accusé d’utiliser un nom de groupedéjà déposé. Le procès nepénalisera pas Cobain et sa bande, et le groupe continueà évoluer sous ce nom.

Mais le trio vit de plus en plus mal les concerts qui s’enchaînent et deviennent routiniers ainsi que lasurmédiatisation permanente et le groupe décide defaire un petit break. En 1992, paraît « Incesticide», un album contenant de petits joyaux inédits.Quelques temps après, Nirvana reprend les chemins desstudios pour enregistrer « In Utero » qui sort enseptembre 1993. Plus brut, plus rageur, moins ciselé que« Nevermind », « In Utero » aborde toutesles angoisses et les psychoses de Kurt sans détour. Ennovembre 1993, Kurt en vieux gilet crade donne avec Nirvana unmagnifique concert pour MTV, le fameux "Unplugged in New York" quisortira sur disque à titre posthume en 1994.

Or, la vie éreintante de Nirvana, les doses excessives dedrogues dures puis les problèmes de couple finissent partotalement anéantir Kurt Cobain. En mars 1994, Kurt fait unepremière tentative de suicide à Rome, oùCourtney le découvre inconscient dans une chambred’hôtel, suite à une prise massive desomnifères. Refusant de faire une cure dedésintoxication, il rentre finalement dans une cliniqued’où il s’enfuit deux jours après son arrivéepour rejoindre Seattle (les derniers jours de Kurt Cobain sontsuperbement évoqués dans « Last Days »,le film de Gus Van Sant sorti en 2005). Le 8 avril 1994, KurtCobain est retrouvé mort, une balle dans la tête.Avant de mettre fin à ses jours, le chanteur a laisséà côté de lui un mot contenant une citation deNeil Young : « It’s better to burn out than to fade away» : « Mieux vaut se consumer que de s’éteindre». Une chose est sûre, Nirvana et le fantômedésespéré de Kurt ne sont pas prêt des’éteindre…Dommage qu’ils se soient consumés sivite…

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here