Final Fantasy 9 – FFIX

Écrit le 02 août 2006 par Virginie

4249 1249375864 Final Fantasy 9   FFIX

Type: RPG (Jeu deRôle)

Date de sortiefrançaise: 16 février 2001

Développeur:Squaresoft (Square Enix)

Plateforme: Playstation

 

 

Grenat, la princesse du Royaumed’Alexandrie s’apprête à fêter ses16 ans. A cette occasion, la reine Branet à faitorganisée un grande fête au cours de laquelle serainterpréter ça pièce de théâtrefavorite. Mais en réalité les comédiens fontpartie d’une bande de voleurs, les Tantalas, et ontreçut pour mission d’enlever la princesse et de laramener au roi Cid, son oncle, afin de résonner la reinedans ses projets de domination.

 

Djidane, un jeune homme dont lagentillesse n’a d’égal que le courage doit secharger de cette mission durant la représentation mais il vadécouvrir avec stupeur que la princesse avait prévude s’enfuir rejoindre son oncle le soir même et cettedernière demande donc assistance au jeune voleur.Finalement, après quelques péripéties, ilsparviennent à s’enfuir.

 

Mais la reine, furieuse decette trahison décide de lancée les hostilitéssur les royaumes alentour plus tôt que prévus,cependant il semblerait que dans l’ombre quelqu’und’autre tire les ficelles…

 

Monavis: FF9 est en quelque sorte un retour aux sourcesdans la série des Final Fantasy puisque l’aventure sedéroule dans un univers médiéval fantastique,ce qui n’était pas arrivé depuis lesépisodes sur Super Nes.

 

Ce jeu estvéritablement l’aboutissement de la franchise FinalFantasy sur Playstation, une vraie réussite à tousles niveaux.

 

Les graphismes sont unvéritable enchantement pour les yeux. Les décorssomptueux se succèdent, des environnements riches encouleurs et qui fourmillent de détails. L’animationdes personnages et leurs intégrations dans leursenvironnements n’a jamais été aussi aboutie.Pour vous donner un exemple, lorsque le personnage passe une porteon peut le voir poussé cette dernière pourl’ouvrir (ce n’était pas le cas dans les opusprécédent). Les capacités de la console sontexploitées à leur maximum.

 

Les cinématiques enimages de synthèse sont une fois de plus à tomber parterre et interviennent aux moments fort de l’aventure.

 

 

 

Le scénario, bien quedébutant sur des bases très classique, serévèle très riche et prenant. Il est assezsombre et complexe, même si le design global du jeu pourraitlaisser supposer le contraire. Des thèmes très fortset sérieux y sont abordés tel que la raison del’existence ou encore la peur de la mort et del’oubli.

 

Les personnages principauxsont très charismatiques (ex: Freyja) et attachants (ex:Bibi). Au début de l’aventure rien ne lesprédestinent à se rencontrer et pourtant, lesévènements feront qu’ils devrontcoopérer. Il est aussi intéressant de noter que lehéro est en total opposition avec ceux des deux FFprécédents (à savoir Cloud et Squall).C’est un personnage toujours optimiste et enjoué. Celaapporte un peu de fraîcheur à la saga et c’esttant mieux car les héros taciturne et introverti çacommençait à devenir fatiguant.

 

Il ne faut pas oublier lesrôles secondaires car certains sont dignes des plus grandspersonnages de tragédie, notamment Beate qui m’atotalement éblouit (elle me fait un peu penséà Celes de FF6), d’ailleurs, le thème musicalequi lui est associé est l’un des plus beau du jeu.

 

Je ne pouvais pasévoquer les personnages sans parler de Kuja, leméchant de l’histoire, qui mérite tout àfait son entrée au panthéon des « badguys » de Final Fantasy. Selon moi, il est àmi-chemin entre Sephiroth de FF7 et Kefka de FF6 (et oui j’aidéjà joué à FF6).

 

 

 

Il y aquelques  nouveautéconcernant  les phases combats. Ledéroulement reste assez classique (surtout avec le retourdes mp (points de magie)) sauf que l’ont doit gérer 4personnages et non plu trois.  On notera laprésence d’une jauge de Transe pour chaque personnage,qui rappelle dans son principe, le système de Limit Break deFF7, chaque fois qu’un personnage encaisse une attaqueinfligée par un ennemi, sa jauge de Transe se remplit enfonction des dommages reçus. Quand la jauge est remplie, lepersonnage entre alors en Transe, état durant lequel ildevient beaucoup plus puissant. Cependant ce système esttrop aléatoire pour être réellement efficace,car contrairement à FF7, où il était possiblede déclancher un Limit Break à n’importe quelmoment dés lors que la jauge était pleine, ici laTranse se déclanche automatiquement une fois la jaugeremplit.

 

Si il est vrai quel’expérience s’obtient toujours en remportantdes combats, le système d’acquisition decompétences a par contre opéré un changementradical. Terminer les matérias et autres G-force, ici sesont les pièces d’équipement (armes, armures,casques…) qui permettent d’apprendre descapacités, c’est pourquoi il faudra penser àrenouveler régulièrement l’équipement.Chaque personnages possède ses propres compétences sequi apporte une dimension plus stratégique aux combats, ilfaudra s’adapter à chaque situation en fonction desprotagonistes sélectionner pour les affrontements.

 

 

 

Concernant la musique, lemaitre Nobuo Uematsu aencore frappé très fort. Pour moi se Final Fantasyest celui qui m’a le plus marqué musicalement. Lesmusiques sont tout à fait adaptées àl’atmosphère générale du jeu, lethème qui accompagne les Boss est vraiment génial,à la fois stressant et dynamique. C’est vraiment touteune palette d’émotion que nous propose d’éprouvé, cette bandeson  exceptionnelle. On arrive parfaitementà ressentir chaque situation quelle soit angoissante,triste, épique, joyeuse où encore romantique.J’ai vraiment du mal à exprimer parécrit  se qu’on ressent enécoutant ces sublimes musiques.

 

A l’instar de FF8, cetépisode possède lui aussi un thèmechanté. Il s’intitule, Melodies of Life et estinterprété par la chanteuse japonaise Emiko Shiratori.Cette chanson existe en version anglaise et japonaise, jepréfère personnellement la version anglaise carj’estime qu’elle correspond mieux àl’ambiance du jeu.

 

 

 

Ce jeu marque la find’une époque puisque c’est l’un desderniers grands titres (si se n’est le dernier) de laplaystation. C’est aussi la dernière fois que le grandNobuo Uematsu compose la Bande Originale d’un Final Fantasyà lui tout seul.

 

Ce jeu est exceptionnellealors si vous avez l’occasion d’y jouern’hésité pas, foncez !!!

 

 

 



Partager cet article avec vos amis:
Share

Laissez un commentaire

ARCHIVES